24/06/2007

Branchée

……

 

Bienv’nu en Ringardie,

Ici  s’ conjugue aimer,

Pleurer, mourir,

Au  mode vivre mêm’ imparfait,

Pour autant qu’on puisse- l’conjuguer,

Tant qu’on pourra,

A  tous les temps

Parc’ que l’reste,

N’est qu’ du vent,

Bienv’nu dans mon pays,

Fait bon sur ma colline,

 Fait bon dans ma maison,

Franche lumière,

Même la nuit,

Et oui !

C’est clair obscur.

Des valeurs indémodables,

Une bonne femme indécrottable ?

Bienv’nu en Ringardie,

 

Sais tu qu’les ânes aiment les carottes,

Mais les carottes n’aiment pas les ânes.

 qu’ce pays là s’étend,

 un peu partout où on l’attend.

 

Fleurissent des endroits à palissades,

Pour que l’ringard dans son droit,

N’offense pas l’oeil

D’ceux qui vivent sans conjuguer.

 

Branché n’a qu’un temps,

La valse a trois temps,

Et l’amour le défie.

 

Dans vot’ pays y a plus qu’des

Sans..

Des sans papiers, des sans abris,

Des sans avis,

Des dons Quichottes sans moulins,

Des églises sans saints,

Des putains sans classe,

Des ministères sans abbés Pierre,

Des clowns sans nez qui font pas rire,

Des marguerites apétales

Des sans cœur, un peu, beaucoup,

Des anorgasmiques de grande beauté,

C’est pas de fleurs dont il s’agit,

Mais d’mal baisées,

De celles qui s’mirent dans une glace,

Des fois qu’un ch’veu s’rait déplacé.

y a l’même modèle au masculin,

Celui  qui se r’garde le nombril.

On pourrait aller beaucoup plus loin,

 Mais comme c’est triste vu d’ici,

Un grand brouillard env’loppe la terre.

 

 

"un sourire a celui qui un jour m'a traité de ringarde

à Jéjé si lire n'est pas trop épuisant"

Régine

 

10:30 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

J'aime ces mots Plaisir enchanteur de lire ces mots qui glissent comme des moments vecus, instant de vie trop souvent solitaire, mais bien commun a d'autres jours
D.

Écrit par : D. | 24/06/2007

Les commentaires sont fermés.