13/08/2007

nostalgie

 

Il pleut sur hier, seule encore ma peau se souvient

 

Il pleut sur hier, seule encore ma peau se souvient

D’un flirt avec le vent, juste de soleil vêtue.

Un solitaire nuage le crépuscule retient,

Le ciel enfin rougeoie, l’été n’est pas perdu.

 

Il pleut sur hier, le jardin se désaltère,

Les arbustes s’ébrouent en ce joli fouillis,

D’immenses touffes de lavandes et roses de naguère,

A peine la boite aux lettres émerge d’un taillis.

 

Le quotidien vient remplir la page blanche,

Hier s’est passé de mots non pas de ressentis,

Il fait nuit et l’oiseau a quitté la branche.

 

Il pleut sur hier, seul mon corps se souvient du nid,

Parfum de thym, ta bouche descend sur ma hanche,

Un chant de cigale, tant de choses qu’on ne dit.

 

Rég.

21:23 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

KIKOU Heureuse de te relire. Un poème plein de charme et de sensualité.
Bonne journée et @ très bientôt

Écrit par : PAPILLON6168 | 14/08/2007

Elle se souvient Le titre résume très bien le ressenti de ce poème.
A très vite !

Écrit par : TocirbA | 15/08/2007

Les commentaires sont fermés.