27/11/2007

à la vie, à l'amour

                     
   LZZMaF4WKn77kgCI-XZJGvTakH5Ks6jH007C
 
 
 

L’amour que l’on fait, celui qui nous prend,

Qu’on se prend dans la gueule qui oublie les serments,

Des instants envolés, cueillis par brassés,

Des moments au temps volés, s’envoler,

Fin duvet dans la brise accompagné de murmures,

De silences, de non dits, de soupirs sans futur.

 

L’amour que l’on fait, celui qu’on ne donne,

Celui qu’on s’offre nue, celui dont le glas sonne,

Des instants corrompus, dont le corps se repaît.

 

C’est l’amour que l’on fait, celui où l’on se donne,

Qu’on se prend dans la gueule quand l’âme s’abandonne.

 

regine

 

 

 
 
 

12:53 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

coucou d'Edouard Il y a aussi l'amour que l'on maquille par désespoir, en poire pour la soif..et les puits sur lesquels on se penche pour un pêu d'eau de rose et/ou d'éros en vain. bravo. j'aime ton style.

Écrit par : Edouard | 28/11/2007

L'amour a plusieurs visages, des beaux et moins beaux, des terribles parfois... mais une chose, enfin d'après moi, c'est quand on fait l'amour que l'on est vrai, que l'on est nous-mêmes...

Des mots sublimes sur un thème somme toute banal et complexe à la fois. Des mots de femme.

Écrit par : Malvina | 03/12/2007

Les commentaires sont fermés.