29/12/2007

simplement je t'aime

 

Je t’aime de cet amour qui réinvente l’amour.

Je t’aime pour cet amour qui oublie les clichés, 

Dont se souviennent les draps cela jour après jour. 

Je t’aime de cet amour que rien n’peut entacher. 


Nous sommes de ces amours qui vont au bout du monde, 

Qui flirtent au petit jour, s’étreignent le lendemain. 

Une rencontre ancienne au milieu d’une ronde, 

Depuis je t’appartiens suis l’or de tes matins. 


Cette magie là personne ne peut entendre, 

Elle est bien au-delà de savants sortilèges, 

Violon et archet n’en finissent de se prendre, 

Un début sans fin, un accord en arpège.

Régine




22:56 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

23/12/2007

fin d'année

CAZA21QJ 
 

Noël approche à grand pas,

Le temps est venu de boucler une année,

d’un salutaire retour en nous, d’un bilan solitaire,

celui que l’on fait niché au creux d’un douillet fauteuil,

on regarde sa vie , comme on lit un roman.

C’est un après midi glacial, il fait chaud à l’intérieur,

les arbres givrés, décors féerique

de l’autre coté de la baie vitrée.

Le silence est propice à l’introspection,

le silence est ami, on le caresse, on l’aime,

comme on aime cet instant de solitude,

ça n’est qu’un instant, mais il est notre,

la réalité est autre, elle est la vie,

les enfants, un compagnon de vie.

On les aime les enfants, inconditionnel amour.

Qu’en est il de lui ?

Nos moindres mots, nos plus petits maux sont partages,

les siens nous font souffrir, on est bien quand il va bien,

et quand rien ne va, nous n’allons plus,

on fait toujours l’amour même après tant d’années,

on le fait encore et encore, peut être pas tous les jours,

mais tellement mieux qu’avant,

on s’est rapproché au fil du temps, complices de tout,

et tout,

c’est ce qui lie, au fil du temps, au fil des ans

et des pages tournées.

Le temps est venu de boucler cette année,

La nuit est tombée, j’écoute vivre la maison,

elle vit au rythme de l’amour,

émue je l’écoute respirer.

 

Il est venu le temps d’affronter peurs et erreurs,

de tourner les dernières page d’un livre qui doit se fermer,

enfin, en reprendre un autre, un livre aux pages blanches,

de saisir une plume neuve, et recommencer…

 
 

 

Régine

21:15 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

15/12/2007

miroir de l'âme

 
                                  thumbnailtr
 
 

 

Fleurs coupées dans le reflet d’un marbre noir,

ombre d'une femme doucement recueillie,

un souvenir éclair ses prunelles, traverse sa mémoire ;                         

Orchidées voluptueuses dans le reflet d’une psyché,

ombre d’une femme qui doucement avance,

hésitante, porte les mains à son visage, se mire.

Un petit garçon s’élance, tendrement,

elle s’approche pour l’embrasser.

Saule séculaire dans le reflet d’une eau tranquille,

ombre d’une femme qui se penche sur un lointain passé.

Et elle avance vers la psyché, l’enfant s’est endormi.

Chambre de femme, parfum suave.

A son reflet s’est heurtée.

Cette inconnue qui la regarde, miroir de l’âme meurtrie.

Au coin des yeux un rire, de la bouche un sourire marqué.

Belle aujourd’hui bien plus qu’hier dit le miroir à son reflet.

 

Régine

12:42 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (5) |  Facebook |

08/12/2007

sieste agitée

 
                                        thumbnailooo
 
 

 

Du temps qui coule, du jour levé, de la nuit tombée,

des volets fermés,

 ils n’ont cure.

N’ont faim de rien, qu’elle de lui et lui d’elle.

soif seulement quand leurs bouches devenues

trop sèches se laissent.

Elle frissonne dans son rêve, gémi, se tourne.

Son visage au dessus d’elle,

 sur un coude appuyé

il la caresse du regard, elle ne sent pas son poids,

juste,

sa mâle présence, sa force et son désir contre elle.

 

…………

 

Rég.

 

19:14 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

06/12/2007

etrange nuit

images

 

 

 

Ses voiles la nuit dépose,

Illusion berce chimères,

Ferme le cœur des roses

Dans ses bras tentaculaires.

 

Les princes, tristes sires errent,

S’accrochent aux griffes des bois dormants.

Aux étoiles le fond des mers,

Ce soir s’éteint le firmament.

 

Il pleut dans mes textes, souvent.

Compagne de mélancolie,

Subtile musique, serment

Du temps fait à la terre, pluie.

 

Heures d’ombres interminables

S’étoffent, se drapent de songes,

Déjà les rêves s’attablent,

Quand désir lui s’allonge.

 

Régine

21:41 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

04/12/2007

Pourtant

 

Un jour parmi tant d’autres,

Que du bonheur diront ils,

Que du bonheur,

Un jour parmi d’autres,

Se lève et tombe.

Un grand vent, la pluie battante sur les volets,

Enfin le silence

La tempête s’est éloignée,

Car les tempêtes s’en vont mourir.

Sur le chemin la lune joue de son reflet,

Se mire dans les flaques troublées,

Sans trahir rien,

Sans mot dire,

Rien qui ne vaille d’être dit,

Tout juste murmuré à l’oreille de la bise,

Un jour se lève et tombe,

Elle regarde tomber la nuit,

Une perle au coin de l’œil,

Des secondes au creux d’une main,

Combien de minutes dans une vie ?

Emmitouflé de tendresse,

Il remonte son col et repart vers l’Est,

C’est là que le soleil se lève.

 

?

 

Régine

 

(désolée Kelton j'ai piqué ton titre, mais

en écrivant j'ai pensé pourtant..)

20:12 Écrit par r dans Amour | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |